Basculer du côté des sans-emplois est souvent perçu comme un échec pour celui qui en est victime, d’autant plus lorsque l’on a des projets et le besoin de recourir à un prêt. Quelles sont les solutions pour obtenir un prêt personnel quand on est sans emploi ?

Aucune interdiction légale pour les demandeurs d’emploi

Dans un premier temps, il faut savoir qu’aucune loi n’interdit aux chômeurs de contracter un prêt personnel. Ainsi, s’il est évidemment plus difficile à obtenir, il n’est pas impossible de souscrire à un prêt lorsque l’on n’a pas de travail. Les licenciements économiques, s’ils ne représentent qu’environ 2% de tous les départs de l’emploi selon l’économiste Pierre Cahuc, font bel et bien partie des situations difficiles à gérer, qui contraignent les anciens salariés à être classés dans la catégorie des demandeurs d’emploi.

En règle générale, les organismes prêteurs examinent l’ensemble des dossiers qui leur parviennent, que ceux-ci émanent ou non d’un sans-emploi. En premier lieu, les établissements financiers vont juger de la capacité de l’emprunteur à rembourser son crédit. Evidemment, dans le cas d’un sans-emploi, il sera plus simple d’obtenir un prêt si ce dernier est contracté pour acheter une nouvelle voiture, permettant ainsi d’élargir les recherches d’emploi ou encore des vêtements pour être présentable lors des entretiens de recrutement.

Les solutions pour obtenir un prêt lorsque l’on est au chômage

Le crédit renouvelable peut être une solution. En effet, dans ce type de prêt, la banque met à disposition de l’emprunteur une réserve d’argent, utilisable intégralement ou en partie, lorsqu’il le souhaite. L’avantage de ce type de crédit est qu’aucun justificatif de solvabilité n’est demandé à l’emprunteur au moment de la signature du prêt si ce dernier emprunte moins de 3 000 euros. Seulement un relevé d’identité bancaire et une pièce d’identité seront réclamés. Une solution idéale pour ceux qui ne bénéficient pas de bulletin de salaire. Attention toutefois, bien souvent les intérêts de ce type de prêt sont relativement élevés, aux alentours de 15%.

Autre solution pour les personnes sans emploi et en difficultés, le micro-crédit social. De nombreuses associations proposent aujourd’hui aux personnes défavorisées de prendre le relai sur les établissements financiers traditionnels en mettant à disposition des petites sommes d’argent. Evidemment, les sommes de prêt ne sont pas élevées, et se situent en moyenne autour des 2 000 euros. Un coup de pouce non négligeable pour payer les factures en retard ou entretenir une voiture défectueuse.

Le prêt d’honneur, lui, a été mis en place par la Caisse d’allocations familiales (CAF) et est réservé aux personnes dans l’urgence financièrement. Remboursables en quatre ans maximum, ces prêts ont l’avantage d’être à taux zéro et se remboursent une fois la situation financière stabilisée.

Enfin, la tendance du crédit entre particuliers a de plus en plus le vent en poupe. Des particuliers proposent de mettre à disposition des moins fortunés des crédits, que ces derniers rembourseront comme ils remboursent une banque. Si le taux d’emprunt est souvent similaire à celui d’une banque, les particuliers sont généralement moins regardants sur les pièces justificatives. Une solution donnant donnant en somme.