755 532
utilisateurs aidés par MONEYBANKER.fr
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

🔶 Le Prêt étudiant

A la rentrée 2013, 2430100 étudiants étaient inscrits dans des filières de l’enseignement supérieur. Avec une augmentation de 1,8% d’étudiants par rapport à 2012, le nombre d’étudiants en France n’a jamais été aussi important. De plus en plus de jeunes gens, veulent poursuivre des études post-Bac afin de pouvoir avoir accès plus tard à un emploi stable et bien rémunéré.

D’après un sondage de l’ O bservatoire de la V ie E tudiante (OVE) de cette même année, 43% des étudiants estimaient, avoir assez d’argent pour couvrir leurs besoins mensuels. Entre les aides de la famille, les économies, et les bourses, les ressources financières des étudiants varient en moyenne d’environ 400€ par mois à 800€ (selon s’il y a une activité rémunérée ou non). Cependant, ces budgets sont bien souvent insuffisants pour financer ses études et certains étudiants consacrent une partie de leur temps à de petits jobs, souvent mal payés ou parfois contraignants alors qu’il leur serait beaucoup plus utile et profitable de dédier tout leur temps à la réussite de leurs études.

Toujours, selon l’Observatoire de la Vie Etudiante, l’étudiant qui travaille plus de 17 heures par semaine, a un risque accru d’échec dans ses études. Au-delà de 17 heures par semaine les étudiants vont cumuler une certaine gêne physique et un manque d’heure de repos donc moins de concentration pendant les cours. D’autant plus que la moitié des emplois étudiants n’ont pas de rapport avec l’objet des études du salarié étudiant. 46% travaillent plus de 6 mois par an et 30% des étudiants qui travaillent, le font à temps plein. Dans ces conditions, la réussite scolaire peut vite devenir un échec.

Cette situation de précarité financière s’empire à partir de 26 ans, l’étudiant n’étant plus considéré comme un «jeune», il perdra bon nombre d’aides et de tarifs réduits, et cela reste un vrai tabou en France.

Dans cette optique, un financement bancaire par le biais d’un prêt étudiant, apparaît donc comme le complément idéal d’une aide familiale ou de bourses d’études et c’est pour cette raison, qu’il est possible en France, de recourir à un prêt étudiant pour financer vos études. Mais la perspective de s’endetter sur plusieurs années, même à des taux record, peut constituer un frein important pour vous, jeunes étudiants qui débutez dans la vie et qui n’êtes pas encore dans une situation sécurisée et bien établie.

Voyons ci-dessous en détail ce qu’est le prêt étudiant, à qui est-il destiné, les montants proposés, les éléments à prendre en compte avant de souscrire un tel prêt, ses avantages et ses inconvénients, ainsi que les autres alternatives qui s’offrent à vous.

🔶 Qu’est-ce que le prêt étudiant?

Le prêt étudiant est un crédit à la consommation qui doit vous permettre de financer vos études et tous les besoins que vous aurez pendant votre vie étudiante: frais de scolarité, logement, ordinateur, nourriture, voyage à l’étranger ou tout autre chose vu qu’aucun justificatif de dépenses n’est requis pour le solliciter. Le prêt étudiant est considéré comme un prêt personnel et par conséquent, vous pouvez utiliser l’argent comme bon vous semble. C’est ce qu’on appelle un prêt non affecté. C’est l’étudiant qui souscrit en son nom ce prêt.

Le prêt étudiant se divise en deux parties:

Il s’agit de la période durant laquelle le remboursement de votre prêt étudiant est différé. Généralement, la période de franchise du prêt étudiant couvre celles de vos études, de sorte que le remboursement de votre prêt étudiant ne commence qu’en début de vie active, la vocation de votre prêt étudiant, étant de financer vos études universitaires.

Cette phase différée du crédit s’étale sur 2 à 6 ans. Pendant cette période, vous pouvez opter pour une franchise du prêt étudiant dite «partielle» ou une franchise dite «totale».

Si vous choisissez une franchise prêt étudiant totale, vous n’avez rien à payer durant la phase de franchise, excepté les éventuelles primes d’assurances (invalidité/décès). En d’autres termes, les premières sommes que vous versez pour rembourser votre prêt étudiant n’arrivent qu’après quelques années. Avec une telle option, vous êtes donc libéré des coûts liés à votre crédit durant toute la durée de vos études.

A l’inverse, la franchise prêt étudiant partielle implique que vous ne rembourserez que les intérêts de votre prêt étudiant avec éventuellement les primes d’assurance. Si, celle-ci parait contraignante, étant donné qu’elle vous impose des frais avant même la fin de vos études, elle vous sera au final moins coûteuse que la franchise totale car plus le remboursement des intérêts est différé, plus les intérêts sont élevés. Si vos moyens financiers vous le permettent donc, il est plus judicieux de choisir une franchise partielle.

Après la franchise, vient la phase appelée «amortissement» et qui débute à la fin de vos études. C’est la période durant laquelle vous remboursez votre prêt étudiant lui-même. La durée de cette période varie en fonction de la durée de la franchise et peut atteindre jusqu’à 12 ans. A savoir, plus la période de franchise sera longue et plus la période de remboursement sera courte et par voie de conséquence, plus vos mensualités de remboursement du prêt étudiant risquent d’être élevées.

Voici un exemple pour illustrer les explications ci-dessus :pour un prêt étudiant de 5000€ sur 60 mois avec 24 mois de différé total et 3 ans de mensualités au taux effectif global fixe de 3,76%, le coût total du crédit sera de 695,92€ et les mensualités que vous paierez à partir du 25ème mois seront de 158,2€.

A noter, selon la loi Scrivener du 10 janvier 1978, en cas de forte rentrée d’argent, vous avez la possibilité d’effectuer un remboursement anticipé de votre prêt sans pénalités. Seul, un préavis d’un mois est souvent exigé et il vous suffit de rédiger un courrier manuscrit à l’ordre de votre banque demandant le remboursement total ou partiel de votre crédit. L’avantage d’opter pour un remboursement anticipé, lorsque vos finances vous le permettent, est que cela vous aide à arriver plus vite au terme du remboursement de votre prêt étudiant et donc de réduire la somme des intérêts que vous devrez payer au total. Cependant, selon le contrat signé, il est possible qu’il y ait une clause indiquant qu’en cas de remboursement anticipé, des pénalités vous seront imputées.

Enfin, à savoir, comme pour n’importe quel type de prêt, la loi prévoit un délai de rétractation de 7 jours pour le prêt étudiant, délai qui commence à courrier le jour de la signature. Durant ce délai de réflexion, l’annulation du prêt peut se faire sans justification et sans frais par lettre recommandée avec accusée de réception.

🔶 Quelles sont les conditions du prêt étudiantet à qui le prêt étudiant est-il destiné?

Pour accéder à un prêt étudiant, vous devez être inscrit dans un cycle d’études supérieures: université, IUT, BTS ou grandes écoles et la plupart du temps avoir moins de 28 ans ou 30 ans mais de plus en plus d’établissements bancaires offrent ces crédits sans limite d’âge. Ainsi, un salarié reprenant des études peut souscrire un prêt étudiant à un taux plus intéressant qu’un prêt personnel. En revanche, il est nécessaire d’être au minimum majeur.

Quelles sont les conditions du prêt étudiantet à qui le prêt étudiant est-il destiné?
D’après une enquête de 2010 de l’ O bservatoire de la V ie E tudiante faisant apparaître la proportion d’emprunteurs parmi les étudiants selon leur filière, ce sont les élèves des écoles de commerce qui ont le plus contracté de prêt étudiant. Un besoin qui se justifie par des frais bien plus élevés qu’à l’université.

Le dossier à constituer pour obtenir un prêt étudiant varie selon les banques mais il doit comporter obligatoirement les pièces suivantes:

🔶 Quel montant emprunterdans le cadre d’un prêt étudiant?

Réussir et surtout financer ses études et l’un des meilleurs moyens d’assurer son avenir et ses choix futurs. Les étudiants sont potentiellement riches, en faisant des études supérieures, ils vont gagner en moyenne beaucoup plus que ceux qui n’en font pas. Ils offrent donc un fort potentielpour les banques: ils sont susceptibles de domicilier leurs futurs revenus au sein de la banque, de prendre un produit d’épargne, de souscrire un emprunt immobilier ou automobile ou même une assurance etc.… C’est pourquoi, de nombreuses offres concurrentielles sont proposées par les banques et par voie de conséquence, emprunter n’a jamais été aussi bon marché.

Plusieurs banques proposent des taux compris entre 1 et 2% pour le prêt étudiant. Soit, 2 à 3 points de moins qu’un crédit à la consommation classique. Certains établissements bancaires, segmentent leur taux en fonction du profil de l’étudiant pour leur prêt étudiant: les futurs diplômés des grandes écoles comme HEC ou Polytechnique ont souvent droit à une meilleure offre de prêt étudiant que ceux inscrits dans un cursus court. La cote du cursus suivi est également un élément pris en compte par les établissements bancaires. Et dans cette même logique, une somme plus importante sera allouée si vous êtes en master plutôt que si vous êtes en première année de licence. En d’autres termes, ne vous faites pas d’illusion, on vous prêtera davantage lors d'un prêt étudiant si vous êtes inscrit dans une grande école plutôt qu’à l’université. Ceci s’explique par le fait que le diplôme détermine le niveau de revenu à la sortie des études et les étudiants des grandes écoles représentent de futurs clients à fort pouvoir d’achat et sont donc très attractifs pour les banques. Ainsi, par exemple un étudiant en gestion se verra accorder en moyenne 17000€ pour son prêt étudiant contre 7000€ pour un prêt étudiant pour un jeune inscrit à l’université.

Cette inégalité est dénoncée par la Fage, le deuxième syndicat étudiant en France:«Les prêts étudiants ne peuvent pas garantir l’équité entre un étudiant en lettres modernes et un étudiant en médecine. Ils doivent rester complémentaires et ne pas se substituer aux bourses et aux aides sociales», estime Philippe Loup, président de l’organisation entre 2010 et 2012.

A savoir également que plus les revenus propres de l’emprunteur et ceux de sa caution sont élevés, plus le montant du prêt étudiant proposé sera élevé.

De manière générale, le montant d’un prêt étudiant peut varier de 800€ à 450000€ et sa durée totale peut courir de 2 à 10 ans. Toutefois, certaines banques proposent davantage, comme BNP Paribas, qui accorde jusqu’à 200000€.

Au-delà du montant maximal que vous pouvez emprunter, c’est avant tout à vous d’évaluer la somme à emprunter et le bon sens prime: il ne faut emprunter que l’essentiel lorsque vous contractez un prêt étudiant, afin de ne pas se mettre en difficultés au début de votre vie professionnelle. Il ne faut pas oublier qu’avec le premier emploi arrivent les premières dépenses, comme l’achat d’une voiture pour aller au travail ou l’installation dans son nouveau logement…

D’ailleurs, afin de limiter le surendettement, les banques peuvent décider de refuser le prêt étudiant si le montant total mensuel des remboursements est supérieur à 33%. Cette règle fondamentale s’appliquant à tous les crédits.

🔶 Quels éléments sont à prendre en comptepour étudier les différentes offres proposées?

Afin de vous permettre d’y voir clair, voici les éléments clefs à prendre en compte avant de souscrire un prêt étudiant.

Enfin, vérifier les accords particuliers et négocier les avantages. En effet, certains grands réseaux bancaires ont des partenariats avec des écoles et universités ou mutuelles, permettant aux étudiants de décrocher un prêt étudiant à un taux défiant toute concurrence. C’est notamment le cas de la Banque Populaire et de LCL qui a signé 300 partenariats à travers la France. Concernant les avantages à négocier, il faut savoir qu’outre que la gratuité des frais de dossier, les banques accordent également des petits avantages comme des tarifs privilégiés pour certains services ou sur le prix de votre carte bancaire par exemple.

Avis d’un ancien banquier de la Société Générale, M. Fall sur ce sujet:«Les banques ont des accords privilégiés avec les grandes écoles pour faire bénéficier leurs étudiants de taux préférentiels. C’est une réalité en France que nous sommes forcés d’admettre, mais il y a toujours une possibilité de négocier si vous n’êtes pas inscrit dans cette catégorie d’écoles. Il faut oser et ne pas hésiter à demander aux banques des taux aussi bas que ceux pratiqués avec les étudiants de grandes écoles. Dans certains cas, il nous arrive d’accorder des conditions équivalentes aux étudiants d’établissement qui s’en rapprochent. Les taux bancaires varient d’un groupe bancaire à un autre, d’une région à une autre, voire des agences d’une même banque! Si votre projet est bien construit et que vous savez précisément où vous allez, votre détermination ne pourra qu’être qu’un atout pour négocier. Le taux dépend aussi du dossier et du sens commercial du responsable clientèle. Par exemple,la souscription d’un prêt étudiant dans la même banque des parents ou des garants facilite de façon significative l’obtention d’un prêt à un taux très compétitif.Tout se négocie c’est une question de concurrence…»

🔶 Les avantages et les inconvénients du prêt étudiant.

Les avantages du prêt étudiant sont multiples:

Les avantages et les inconvénients du prêt étudiant.
Les inconvénients du prêt étudiant:

🔶 Quelles autres solutions que le prêt étudiant?

Une alternative au prêt étudiant: l’avance de rentrée ou l’avance étudiant proposée par de nombreuses banques à la rentrée scolaire. Il s’agit d’une avance d’argent (entre 500 et 1500€ selon l’enseigne), le plus souvent à taux 0% à rembourser dans un délai court (2 à 12 mois). Ce crédit à rembourser immédiatement, permet de financer un ordinateur, un voyage à l’étranger ou la caution d’un appartement. A l’inverse du prêt étudiant, il ne s’agit donc pas là de financer ses études, mais il permet d’avoir un petit coup de pouce et de faire un petit crédit permettant de démarrer l’année scolaire ou de financer un besoin ponctuel.

Il existe aussi le prêt étudiant garanti par l’Etat. Lancé en 2008, ce dispositif de prêt vous permet d’emprunter jusqu’à 15000€ sans caution parentale ou d’un tiers. Il est destiné à tous les étudiants inscrits dans un établissement en France pour préparer un diplôme de l’enseignement supérieur français, âgé de moins de 28 ans et français ou citoyen d’un autre pays de l’espace économique européen, à condition de résider en France depuis au moins cinq ans. Il n’y a pas de plafond de ressources.

Le remboursement de ce prêt se fait en deux étapes comme un prêt étudiant classique: pendant vos études vous pouvez choisir une franchise partielle ou totale, puis à la fin de vos études, vous remboursez la phase du crédit lui-même. En revanche à la différence du prêt étudiant, il n’y a pas de caution d’un parent ou d’un tiers. Le principe de ce prêt est que c’est l’Etat qui se porte garant auprès des banques partenaires par le biais de la Banque Publique d’Investissement (Bpifrance). C’est elle qui paiera alors vos mensualités en cas de défaillance de votre part.

Pour effectuer ce type de demande, il faut se rapprocher d’une des 5 banques partenaires:La Société Générale, les Banques Populaires, le Crédit Mutuel, le CIC ou les Caisses d’Epargne.

Le taux d’emprunt, librement fixé par chaque établissement financier, est généralement de 4%. Néanmoins, une chose importante à savoir, si ce prêt est accessible à tous les étudiants, quels que soient leurs revenus, à la différence du prêt étudiant, les banques se gardent le droit de sélectionner les dossiers. Le principal critère qui sera examiné par votre banquier est la qualité du projet professionnel à financer mais il tiendra également compte de votre filière et de votre niveau d’études.

Depuis la mise en place de ce dispositif en 2008, plus de 45000 prêts ont été contractés pour un montant total de 375 millions d’euros.

Enfin, il existe également, les aides d’urgence du Crous. Les assistants de service social du Crous peuvent traiter des dossiers de demande d’aides financières urgentes en fonction de la situation personnelle de l’étudiant. Ce sont les Aides Spécifiques Pour Etudiant. Ces aides d’urgence sont de deux types:

Le loyer représente une charge importante dans le budget d’un étudiant mais heureusement certaines aides existent pour vous aider concernant le paiement du loyer et le dépôt de garantie.

En ce qui concerne le loyer et les charges, deux types d’aides sont attribuées par la C aisse d’ A llocation F amiliale (CAF):

Pour ce faire, le site internet de la CAF vous permet de faire une simulation de l’aide potentielle et vous permet également d’entreprendre les démarches pou bénéficier d’une allocation au logement étudiant.

Concernant le dépôt de garantie, le Locas-Pass est un dispositif vous permettant le financement de celui-ci. C’est un prêt à taux 0% sans frais de dossier pris en charge par les organismes d’action au logement et attribué pour tout logement social ou privé. Il n’y a pas de phase de différé, il doit être remboursé dés le départ.

Enfin, le Fond de Solidarité pour le Logement (FSL), est une aide globale sous forme de prêt ou de subvention alloués aux étudiants qui rencontrent de fortes difficultés financières.

Et là encore, tout comme l’avance de rentrée scolaire, les aides d’urgence du Crous, et les aides au logement, ne peuvent se substituer au prêt étudiant mais elles vous permettent d’avoir des aides importantes quand on est étudiant et que nous disposons de revenus limités…

🔶 Témoignages d’un jeune homme et d’une jeune femme sur le prêt étudiant.

Afin d’avoir une vision complète sur le prêt étudiant, nous avons rencontré deux jeunes personnes et nous leur avons demandé de nous livrer leur témoignage sur ce sujet. Le premier est un jeune cadre qui a commencé à travailler il y a seulement quelques années, et la seconde personne, est une jeune lycéenne actuellement en classe de Terminal voulant poursuivre ces études à l’étranger. Un point commun les rassemble le prêt étudiant.

Faisons connaissance avec Coro Siby, jeune homme de 32 ans. Issu d’un quartier populaire de la ville de Rouen. Ce jeune devenu cadre commercial a eu recourt au prêt étudiant pour financer son parcours universitaire.

Après avoir obtenu une licence en marketing et avoir effectué une année en master à l’université du Havre, il a intégré l’école de commerce de Montpelier.

Comme de nombreux étudiants en France Coro a été dans l’obligation de recourir à un prêt étudiant afin de financer ses études supérieures, son logement, ses livres, son ordinateur ainsi que les frais annexes (nourriture, sorties et autres).

Cet ancien étudiant n’a pas eu beaucoup de vacances durant sa scolarité, il a travaillé chaque été afin de compléter ses revenus. Il a enchainé les petits boulots pendant les vacances scolaires pour faire un complément de revenu. Mais concilier études et travail n’a pas été si facile que cela. Au fur et à mesure que le temps a passé, il a commencé à ressentir une certaine fatigue physique, et ses résultats se sont fait ressentir. Il a en effet, redoublé sa première année d’école de commerce. Comme lui, près d’un étudiant sur trois à travailler tout au long de l’année redouble. « Mapremière année a vraiment été difficile, je sortais déjà de quatre années à la faculté du Havre, je travaillais déjà depuis presque deux ans, mais entre la faculté et l’ESC (Ecole Supérieur de Commerce) il y a une vraie différence, il faut travailler beaucoup plus et il y a beaucoup plus de pression, je l’ai compris à mes dépends.La vie étudiante coûte très chère entre le logement, le transport, les frais d’inscription, et les dépenses quotidiennes.Pour être honnête, mes années d’études supérieures ont été une vraie galère, entre le loyer que je payais 400 euros par mois, mon abonnement de bus et de train cela représentait environ 150 euros par mois puis les dépenses quotidiennes en ajoutant quelques sorties, j’étais presque sur le point de craquer».

Donc confronté à cette situation Coro a décidé de s’orienter vers les banques afin de contracter un prêt étudiant.« C’était la seule solution, pour m’éviter de laisser tomber mes études, et cela a été une véritable bouffée d’oxygène. Certaines banques proposent des remboursements en différée c’est-à-dire que je pouvais rembourser mon crédit une fois mes études terminées et c’est l’option que j’ai choisie»

Ce jeune-homme a donc contracté un prêt étudiant auprès de sa banque d’un montant de vingt et un mille euros. Cette somme correspond à ce dont il avait besoin pour financer ses trois ans d’études supérieures à l’ESC. Ce prêt a simplifié son parcours professionnel. «Les banques ont des offres parfois très promotionnelles (taux d’intérêt très bas, frais de dossier gratuit et parfois elles ont des accords avec les Universités) ce qui permet aux jeunes contractants de s’y retrouver plus facilement. Les banques cherchent à conquérir de nouveaux clients»

La banque n’a pas voulu prendre de risque au début. «Ma conseillère a pris en compte deux facteurs majeurs et essentiels, le premier facteur c’est qu’il existe un échec scolaire massif d’étudiants dès les premières années universitaires, et le second c’est que les banques s’aperçoivent de plus en plus que certains étudiants se trompent dans leur orientation».La banque lui a donc demandé de faire un dossier afin d’accepter ou non cette demande. «Les banques ont une préférence pour les jeunes qui savent déjà ce qu’ils feront à l’avenir, elles aiment les jeunes organisés, sûrs d’eux, ainsi les stages effectués en amont restent un atout», nous confie t il. Si ces derniers ont un rapport très proche de leur cursus cela peut être un plus pour obtenir un prêt étudiant.

Coro a finit par obtenir son prêt étudiant, prêt qu’il a contracté sur cinq ans. Diplômé depuis maintenant trois années en Management et Marketing, il est maintenant un cadre commercial au sein de son entreprise. Il lui reste encore une année à rembourser, mais ce coup de main de la banque, lui a donné un bel élan et a facilité sa nouvelle carrière professionnelle.

La seconde personne que nous avons rencontrée est une jeune lycéenne de 17 ans qui se prénomme Manon Deville. Elle étudie actuellement au Lycée Claude Monet, au Havre. Cette année scolaire va être déterminante pour le reste de sa future carrière.

En effet, une fois son Bac en poche, Manon voudrait poursuivre ses études à l’étranger dans le domaine de la communication. Un cursus long qui nécessitera l’aide de ses proches et de la banque ainsi que son investissement personnel.«J’espère avoir mon Bac, comme ça je pourrais peut être accomplir mon rêve. J’ai en effet, la volonté de suivre un cursus à l étranger, j’aimerais travailler dans quelques années dans une entreprise de communication».

Pour le moment, Manon dispose de très peu de revenus. Certes, elle peut compter sur l’aide de sa mère qui a épargné depuis son plus jeune âge, une aide qui lui sera bénéfique pour financer ses études. C’est néanmoins, sans compter le prix de ce cursus de trois années à l’étranger. Entre (le loyer, les frais d’inscription, les frais de déplacement ainsi que les dépenses quotidiennes) la somme totale de ce projet avoisinerait les trente cinq mille euros. Donc en plus de l’aide de ses proches, Manon voudrait se tourner vers le prêt étudiant pour compléter ce montant. Et pour dénicher les tarifs les plus bas du marché. Elle a pour le moment établi plusieurs devis sur Internet: «Un amim’a conseillé d’aller sur Internet afin d’établir des comparatifs au niveau des banques, des taux pratiqués sur le marché ainsi que les mensualités» Une information reste capitale et doit être prise en compte, c’est de contracter un prêt étudiant et d’avoir des mensualités raisonnables. «Je connais des personnes qui ne font que rembourser leur prêt étudiant, et ils ne profitent pas assez de leur temps libre pour faire des loisirs. Moi, j’aimerais profiter de mon temps libre et arriver à m’offrir quelques moments de détente tout en remboursant mon futur prêt»

Pour le moment, Manon enchaîne les petits boulots pendant les vacances scolaires. Ces revenus qu’elle va cumuler au court de cette année lui permettront de payer une petite partie de ces frais de scolarité.«Oui, je travaille dans un centre avec les enfants pendant les vacances scolaire. Ce n’est pas une chose facile de ne pas profiter de mes amis et de la mer, mais je préfère me sacrifier maintenant et pouvoir payer une partie de mes études. J’espère avoir mon bac, et après cela prendre mon envol, et cela pourra être possible avec un prêt étudiant».

Nous noterons que cette solution ouvre des portes aux jeunes français voulant, s’investir à 100% dans un projet professionnel.

En conclusion, le prêt étudiant reste une solution devenue presque indispensable de nos jours pour la majeure partie des étudiants souhaitant s’engager dans des études longues ou intégrer des écoles de prestige et qui n’ont pas assez de ressources pour financer le coût de celles-ci. Et même si la perspective de s’endetter sur plusieurs années peut vous faire peur, le prêt étudiant reste le seul moyen qui vous permet de financer vos études tout en se consacrant pleinement à celles-ci, favorisant ainsi toutes les chances d’obtenir votre diplôme. Les banques cherchent de nouveaux clients potentiels et les jeunes contractants un prêt étudiant, ont un futur profil qui intéresse fortement les banques. Une fois vos études terminées, vous serez un jeune cadre, un jeune directeur ou un autre profil à forte rémunération: une aubaine donc pour les banques qui auront ouvert leurs portes et vous aurons apporté une solution adéquate et durable pour financer votre projet personnel.

Cependant, il faut garder à l’esprit, que le prêt étudiant reste avant tout un crédit. Et comme tout crédit, le montant emprunté devra être remboursé. Il parait donc impératif d’évaluer au mieux vos besoins et le montant à emprunter et prendre en compte tous les facteurs avant de finaliser votre dossier de prêt étudiant. Il faut trouver le juste milieu: ne pas prévoir une somme trop juste car il vous est conseillé de garder une petite marge au cas vous ne trouveriez pas d’emploi aussitôt votre diplôme en poche alors que les premières échéances arrivent, mais ne pas emprunter une somme trop conséquente non plus afin que le montant des mensualités à rembourser de votre prêt étudiant ne soit pas trop élevé. C’est à vous d’être sûr et de préparer consciencieusement votre projet d’études. Un projet bien préparé et un profil déterminé ne pourra qu’être un atout pour que votre dossier soit accepté, alors à vous de jouer!

  • Prêt étudiant garanti par l’état
  • Prêt étudiant à taux 0
  • Le remboursement du prêt étudiant
  • Simulation prêt étudiant
  • Taux prêt étudiant
  • Prêt étudiant sans caution