Définition prêt travaux

Grâce au développement d’Internet, les établissements spécialisés en crédit de consommation ont fait émergence sur la toile. Aujourd’hui ces établissements ont presque supplanté les banques qui étaient les préteurs traditionnels.  Pour certains types de prêt, le consommateur n’hésite pas à faire ses recherches sur Internet

Le crédit de consommation est octroyé aux ménages afin que ces derniers puissent financer des achats de biens ou de services de consommation. Le prêt travaux entre dans cette catégorie au même titre que le prêt auto par exemple. Bien qu’il ne soit pas suspendu à l’achat d’un bien ou d’un service spécifique, le prêt travaux revêt les caractéristiques d’un crédit de consommation.

Ainsi, si un ménage souhaite effectuer des travaux  et trouver un moyen de financement, il peut se tourner vers ses organismes spécialisés qui vont avoir des solutions à lui proposer. Le prêt travaux s’adresse aux particuliers qu’ils soient propriétaires ou locataires. Il permet de financer des travaux de types agrandissement, embellissement, aménagement de combles, etc. d’un bien immobilier. Le ménage peut se tourner vers ce type de financement lorsqu’il n’a pas les fonds nécessaires en totalité ou s’il ne souhaite pas utiliser toute son épargne sur ce poste de dépenses. Il est important de garder un fond de trésorerie pour les autres postes en cas d’imprévus et ne pas dégrader sa situation financière.

Comme les autres prêts de consommation, des limites et plafonds vont s’appliquer. Selon les différents organismes de prêt, des plafonds différents vont être utilisés. En moyenne, l’emprunteur pourra emprunter entre 3 800 € et 75 000 € pour une durée allant 36 mois à 120 mois (10 ans). Le montant peut être librement choisi par l’emprunteur. Il choisira également le montant de ses mensualités et la durée de son crédit. Il doit cependant faire ses choix en fonction de sa capacité de remboursement. Avant toute demande de prêt, il est conseillé au consommateur de calculer son taux d’endettement. Il s’agit à de calculer ce que représente les charges du ménage sur ses revenus. Des sites spécialisés sont présents sur Internet afin de le calculer pour le consommateur. Si ce taux est supérieur à 33 %, il n’est pas conseillé d’emprunter. D’une manière générale, les demandes de prêt de consommateurs ayant un taux d’endettement supérieur à ce ratio ne seront pas acceptées par les organismes de prêt. Le consommateur doit se responsabiliser et ne pas faire des demandes de prêt avec des mensualités trop importantes qu’il ne pourra pas rembourser par la suite. Certains imprévus (financiers, familiales, professionnels, etc.) peuvent intervenir, conduisant l’emprunteur à ne plus pouvoir rembourser ses mensualités. Ce dernier doit donc garder une marge lorsqu’il fait des demandes afin de pouvoir pallier à ces situations.

Les différents sites Internet mettent à disposition des simulateurs de crédit. Ces simulateurs n’engagent en aucun cas le consommateur. Il est libre d’effectuer autant de recherche qu’il le souhaite, pour des situations actuelles ou non. Le consommateur n’aura qu’à indiquer la raison de son prêt (ici prêt travaux) puis de renseigner le montant voulu. Selon l’établissement choisi, le consommateur choisira les mensualités avant le résultat de la simulation ou après. Le consommateur pourra alors connaitre les différents taux appliqués selon le montant choisi et l’organisme de prêt.

Taux appliqués

Lors des simulations, le consommateur pourra constater que plus la durée du crédit est longue, plus le taux d’intérêt appliqué est important.

En effet, rappelons-le, le taux d’intérêt est la rémunération de l’organisme de prêt. Par exemple, si le consommateur emprunte 1 000 € au taux de 3%, la rémunération de l’établissement sera de 30 €. Plus la durée de l’emprunt est longue, plus le risque de ne pas être rémunéré est important. Les risques pour l’emprunteur de ne pas pouvoir payer ses mensualités sont beaucoup plus importants sur une longue période que sur une courte période. Par exemple, l’emprunteur à plus de risque de perdre son travail sur une période de 5 ans que sur une période d’un an. Ainsi, les établissements de crédit essayent de parer ce risque en augmentant leur rémunération, réduisant ainsi leurs pertes si l’emprunteur ne s’acquitte pas de sa dette dans le futur. 

Le résultat de la simulation de crédit « travaux » permettra de reprendre les éléments essentiels de la demande de prêt. Il sera indiqué la somme choisie, la durée des mensualités et leur montant, le TAEG appliqué et le montant total dû par l’emprunteur.

Le TAEG correspond au taux annuel effectif global. Il reprend le taux d’intérêt fixé par l’organisme, auquel va s’ajouter les frais, les rémunérations et commissions diverses (frais de dossier ou d’inscription par exemple). Ce taux permet à l’emprunteur de connaitre le cout réel de son crédit et de pouvoir comparer différentes offres. Ce taux est fixé librement par chaque établissement. Il ne peut cependant être supérieur au « taux de l’usure ».  Ce taux est publié tous les trimestres par la banque de France et est différent selon le type de prêt (consommation, immobilier, etc.). Des poursuites et sanctions judiciaires sont prévues pour les professionnels qui ne respecteraient pas ce taux. Au troisième trimestre 2016, le taux d’usure est fixé à 12,91 % pour les prêts de consommation à taux fixe dont le montant est compris entre 3 000 € et 6 000 € et à 7,40 %  pour les prêts dont le montant dépasse 6 000€.

Le prêt travaux bénéficie en général d’un taux de prêt plus élevé que d’autres taux pratiqués sur d’autres crédits. En effet, sur les prêts affectés, le taux est plus attractif dans la mesure où le prêt est directement lié à l’obtention d’un bien particulier. Il pourra s’agir par exemple d’une voiture. Dans ce cas, le risque encouru par l’organisme préteur est très faible puisque qu’il a connaissance de l’objet exact de la demande de prêt. De plus, le prêt étant suspendu à la livraison du bien, les fonds ne seront pas délivrés si le bien n’est pas livré ou n’est pas conforme. L’établissement s’engage pour une situation déterminée et certaine.

En ce qui concerne les prêts travaux, la situation n’est pas aussi cadrée et sûre pour les établissements de prêt. Ces derniers octroient des sommes d’argent afin que les particuliers effectuent des travaux. La délivrance des fonds n’est pas suspendue à la livraison de tel ou tel bien. La délivrance des fonds est suspendue à une situation qui peut ne pas être celle qui a été prévue par l‘emprunteur. En effet, des retards dans les travaux par exemple peuvent engendrer des dépenses imprévues conduisant l’emprunteur à ne pouvoir rembourser certaines de ses mensualités. Parfois, ce dernier devra régulariser ses mensualités alors que ses travaux ne seront pas finis.

Afin de parer à toute éventualité, les organismes spécialisés en prêt préfèrent appliquer un taux plus important sur ce type de prêt que sur d’autre. La situation de « travaux » est susceptible de changer, de s’aggraver et d’engendrer une augmentation des dépenses du ménage. En pratiquant des taux plus élevés, les établissements compensent les éventuels non remboursements subis.

Crédit renouvelable

Il est apportant pour le consommateur de prêter une attention particulière à la solution proposée par les organismes de prêt. Bien qu’ils soient légalement obligés de proposer le prêt personnel (ici prêt travaux) en priorité, certains n’hésitent pas à mettre en avant le crédit renouvelable. Il s’agit dans cette éventualité de mettre à disposition de l’emprunteur une somme d’argent déterminée qu’il pourra réutiliser au fur et à mesure du remboursement. Par exemple, s’il est prêté la somme de 3000 € à l’emprunteur et qu’il en utilise 2000 €, il n’aura plus que 1000 € de disponible. Mais au fur et à mesure du remboursement de la somme de 2000 €,  le montant disponible ré-augmentera. Le crédit renouvelable peut être une solution adéquate lorsque le ménage a des besoins ponctuels de trésorerie pour des achats non défini. Cependant, les taux pratiqués pour ce type de crédit sont très élevés (autour de 20 %) dans la mesure où les fonds prêtés ne le sont pas pour une situation bien précise. Le risque pour les établissements de prêt est donc beaucoup plus élevé.

Du fait de la rémunération plus élevée sur ces types de crédits, les professionnels les proposent souvent avant les prêts personnels (moins rémunérateurs). Les consommateurs seront orientés implicitement grâce à la publicité et le markéting vers ces types de solutions. Dans cette situation de besoin de trésorerie spécifique (travaux), le prêt personnel est une solution adaptée et doit être choisie par le consommateur.