D’après le 11e baromètre Ipsos-SPF 2017 mené par le Secours Populaire, 37% des Français auraient déjà connu une situation de précarité. Ils sont, de plus, 57% à avoir vu leur quotidien menacé par une situation de pauvreté.  

La France compte aujourd’hui 9 millions de pauvres, soit 1,2 millions de plus qu’il y a 10 ans. Quelle est la partie de la population la plus touchée ? Que signifie aujourd’hui la pauvreté en France ?

Quel est le profil de ces personnes touchées par la pauvreté ?

Ci-dessous, un graphique indiquant le pourcentage de la population dont le quotidien a déjà été menacé par la précarité.


Source : Baromètre 2017 du Secours Populaire

D’après l’INSEE, en 2008, 22% des personnes situées sous le seuil de pauvreté (50% du niveau de vie médian) seraient des salariés, 9% indépendants, 17% chômeurs et 16% retraités.

La moitié des pauvres aurait moins de 30 ans. Parmi eux, les enfants issus de familles pauvres (soit un enfant sur dix). A ces enfants en situation de précarité viennent s’ajouter les jeunes adultes. La plupart d’entre eux possèdent un diplôme inférieur au baccalauréat ou ne sont pas diplômés, ni qualifiés. Ces jeunes peinent souvent à trouver du travail, reçoivent peu d’indemnisations et se retrouvent évincés de la société. Ainsi, ne pas être diplômé représente un important désavantage en France où les activités intellectuelles sont largement valorisées.

47% des travailleurs au revenu mensuel net inférieur à 1200€ sont, aujourd’hui, exposés à la pauvreté. Les personnes sous des conditions d’emploi dites fragiles (intérim, CDD) sont également souvent menacées par la précarité. De plus, 25% des chômeurs vivraient dans la précarité.

Les familles monoparentales sont aussi largement représentées. En effet, selon l’INSEE, 35,9% des familles monoparentales vivraient sous le seuil de pauvreté.

Enfin, les personnes en fin de droits, les personnes d’origine étrangère ou dont le droit d’asile a été refusé sont également touchées de manière importante par la pauvreté.

Secteurs de dépenses réprimés

19% des Français n’arrivent plus à boucler leur budget et vivent de découverts bancaires, ainsi que de crédits types crédit revolving et crédit consommation. Seulement 43% des Français arrivent à mettre de l’argent de côté.

Face à ces fins de mois difficiles, certains secteurs de dépenses sont négligés. Ainsi, selon l’étude du Secours Populaire, 45% des Français n’auraient pas les ressources pour partir en vacances au moins une fois par an, 43% auraient du mal à accéder aux diverses activités culturelles et de loisir, 39% ne pourraient pas financer certains actes médicaux mal remboursés, 34% rencontreraient des difficultés pour les dépenses liées au logement (loyer, électricité, etc.) et il serait difficile pour 34% de payer leurs impôts.

Ci-dessous, un graphique indiquant les secteurs dans le domaine de la santé auxquels les Français ont déjà dû renoncer :


Source : Baromètre 2017 du Secours Populaire

Confiance en l’avenir

Les Français ne semblent, de plus, pas très positifs quant aux perspectives d’avenir. Pour 84% d’entre eux, le risque que leurs enfants connaissent, un jour, une situation de pauvreté est plus élevé que pour leur génération. Et avec un taux de pauvreté en augmentation depuis les dernières années et une partie de la population qui s’appauvrit de plus en plus, ce manque d’optimisme n’est pas bien surprenant…