Le rachat de crédit peut s’imposer lorsque votre santé financière se dégrade, mais aussi quand la baisse des taux d’intérêt permet des gains supplémentaires sur le coût du crédit. Dans un cas comme dans l’autre, vous devez être convaincant vis-à-vis de votre créancier pour obtenir de nouvelles conditions de crédit plus avantageuses. Pour ce faire, il vous faut connaitre les conditions favorables à une meilleure renégociation et suivre quelques étapes incontournables pour atteindre votre but.

Les conditions favorables à une renégociation

La première des conditions est celle liée au taux. En ce moment, les crédits restent toujours à des niveaux de taux bas. Pour l’immobilier par exemple, le chiffre d’octobre 2016 de la banque de France révèle que la moyenne des taux hors assurance sur court, moyen et long terme se situe autour de 1.62 %. Pour les emprunteurs ayant négocié un rachat de crédit dans des conditions difficiles liées à la crise de 2008, le moment est idéal pour racheter son prêt à condition de ne pas avoir dépassé la moitié du terme du prêt où le plus gros des remboursements est souvent déjà réalisé.

Cependant, ce qui importe, c’est d’avoir un écart supérieur de un point entre le taux d’intérêt initial et le taux actuel. Dans ce cas, il est plus facile d’obtenir une renégociation auprès de votre banque. De plus, dans le cadre de cette démarche, vous êtes exempté d’indemnités de remboursement anticipé et de frais associés aux nouvelles conditions. Mais, il reste à vous acquitter des frais de dossiers de 500 à 800 euros en moyenne.

Le but de la renégociation du rachat de crédit c’est de regrouper au cas où, plusieurs prêts en un unique, d’obtenir un taux plus favorable et d’allonger la durée de remboursement du prêt. Parfois, ses objectifs sont atteints en partie ou en totalité.

Même si la démarche de renégociation de votre rachat de crédit est intéressante pour vos finances, l’accord de votre créancier n’est pas évident. Il faut donc faire jouer la concurrence si nécessaire. En cas de surendettement, il convient de vous adresser aux associations indépendantes pour éviter des frais supplémentaires qui au final rendent l’opération inintéressante. Il est recommandé de ne pas faire l’économie de simulations et calculs divers avant tout engagement.

Les étapes à suivre :

  • renseignez-vous sur les offres (taux, durée, conditions…) afin d’avoir des éléments de comparaison et d’établir une sélection parmi les prêteurs
  • adressez-vous à votre banque en premier pour renégocier le rachat de crédit. Ceci vous évite les complications sur les démarches à suivre, les documents à fournir et d’éventuelles pénalités financières pour changement de banque. Que ce soit avec votre créancier habituel ou un autre établissement financier, il vous est proposé de nouvelles conditions de prêt (échéance, taux, durée, mensualité). Sur la proposition de contrat de crédit doit aussi figurer tout l’échéancier, le taux effectif global et le coût global du crédit
  • comparez les propositions et évaluez le coût réel du nouveau crédit en rapport avec votre capacité de remboursement et vos revenus
  • faites le tour de toutes les possibilités en fonction de votre situation familiale et personnelle (prêt aidé, aides…) et pensez à fournir un apport personnel qui peut être un petit prêt à taux zéro, un prêt d’épargne-logement etc. Toutefois, évitez d’aller au-delà de vos possibilités
  • négociez au mieux vous-même ou faites appel à un courtier pour trouver un accord avec un prêteur convenable. En dehors du taux et de la durée du prêt, le niveau des primes d’assurance, des frais de dossiers ainsi que les pénalités pour remboursement anticipé peuvent être revus à la baisse voire annulés. Vous pouvez aussi remplacer l’assurance fournie par la banque qui est en général plus cher.

Quelques précautions

Aujourd’hui, beaucoup d’offres vous permettent de renégocier un rachat de crédit conso ou immobilier en ligne. Seulement, tous les sites spécialisés dans ce domaine ne sont pas fiables. Prenez soin de bien vérifier les mentions légales ainsi que le numéro Siret du prestataire pour éviter toutes mauvaises surprises. Les offres très alléchantes avec conditions de dossiers très faciles ou même des demandes de frais fictifs sont autant d’éléments d’alertes à prendre en compte.