Dans un monde globalisé, les grands groupes internationaux ont recours à la mobilité internationale pour étendre leurs activités et proposer de nouvelles opportunités à leurs salariés. Dans ce contexte de mobilité internationale, le coût de la vie est un élément déterminant aussi bien pour le salarié que pour l’entreprise. L’entreprise accompagnera son salarié, éventuellement, en mettant à sa disposition un  logement, en lui pourvoyant une assurance santé pour toute sa famille…

Quant au salarié, la mobilité lui est souvent présentée comme une opportunité de carrière. Aussi, pour que cette mobilité se passe le mieux possible, l’entreprise accompagnera le salarié dans cette mobilité. En effet, il s’agit de conserver ses talents tout en accélérant la croissance internationale de l’entreprise.

Quels sont les facteurs qui créent ces disparités dans le coût de la vie ?

Le groupe Mercer a récemment réalisé une étude sur le coût de la vie dans les différents coins du monde. Cette étude regroupe les données de plus de 400 villes. Afin de réaliser ce classement, Mercer prend en compte plus de 200 éléments. Il s’agit notamment de l’hébergement en location, le coût des biens et services ; tels que la nourriture, les vêtements, les loisirs... Parmi les éléments sélectionnés pour réaliser cette étude, en plus du transport, on retrouve aussi le coût de la sécurité. Ainsi, à Luanda bien que la vie soit peu chère pour les expatriés, c’est le coût de la sécurité qui propulse cette capitale tout en haut du classement.

Après Luanda, les villes les plus chères sont situées en Asie. Cela s’explique surtout par le coût élevé des logements et des biens importés. Aujourd’hui, un grand nombre de produits de consommation courante européens ou américains sont disponibles dans toutes les capitales du monde. Mais cette disponibilité a un coût assez élevé.

Ci-dessous, le classement des 15 villes les plus chères au monde selon le groupe Mercier:

Sources: https://mobilityexchange.mercer.com/Portals/0/Content/Rankings/rankings/col2017a986532/index.html

La question de la devise

Les fluctuations sur le marché des changes ont aussi un grand impact sur l’étude d’une année sur l’autre. Ainsi, lorsque le dollar est haut, les villes américaines gagnent des places dans ce classement. Il en sera de même pour les pays ayant une parité fixe avec le dollar.

De sorte que lorsque l’euro est bas, les pays de la zone euro, ainsi que les pays ayant une parité avec perdront des places dans le classement.

En ce qui concerne l’Europe sans grande surprise Zurich est la première ville du classement.

Comment aborder son expatriation ?

Dans tous les cas de figure ; lorsque c’est possible, il vaut mieux essayer d’obtenir un contrat d’expatriation qu’un contrat local. En effet, grâce au contrat d’expatriation, vous pourrez continuer à bénéficier de la protection sociale, à savoir, cotisation pour la retraite, l’assurance maladie, ainsi que l’assurance chômage. D’autant que d’un pays à l’autre, la protection sociale varie énormément. De plus, tous les pays ne disposent pas de convention avec la France, ainsi, vos droits ne seront pas forcément transférables.

Finalement, quelque soit votre âge, votre situation personnelle, une expatriation ne s’improvise pas. En effet, avant de partir, il est préférable de se renseigner notamment sur la fiscalité, du fait de son impact fort sur vos revenus. N’oubliez surtout pas la question de la santé, contrat local ou  contrat d’expatrié, assurez-vous que votre entreprise  finance votre protection sociale (assurance médicale, assistance…). Pour vous faire une idée du coût de la vie dans votre pays d’accueil, n’hésitez pas à utiliser les nombreux comparateurs en ligne.

 

Moneybanker vous aide à trouver le prêt personnel le plus avantageux du marché.