Dans ce contexte de relative reprise de l’activité, les français sont de plus en plus ouverts au crédit. Si le prêt est un marqueur des velléités de dépenses, l’épargne au contraire est la méthode par laquelle on réalise des économies. Comment se porte l’épargne des français ? Comment interpréter l’évolution de l’épargne ?  Où se classe-t-il dans la moyenne européenne ? Est-ce que les français sont économes ou dépensiers ? Voici quelques éléments de réponse.

Comment se porte l’épargne en France ?

D’après les statistiques de la banque de France, pour 2016 on constate une légère progression des placements financiers sous forme de dépôts bancaires. Dans les détails, la progression concerne les dépôts à vue et ceux réalisé sur les livrets. De même, les placements comme l’assurance-vie croissent au troisième trimestre. Le taux d’épargne rapporté au revenu disponible a augmenté de 0.2 % par rapport à 2014 à 14.6 %. Même si l’évolution est modérée, les ménages optent plus pour des économies. Ce qui semble contredire l’essor actuel du recours au crédit à la consommation.

Dans les faits, le comportement des ménages n’obéit plus à des schémas classiques. Si avant le crédit est associé à une attitude dépensière, aujourd’hui, elle peut servir de levier de gestion efficace du budget du foyer. Ce qui fait qu’un ménage qui épargne peut continuer par prendre du crédit sans forcément courir le risque d’augmenter ses dépenses.

Comment interpréter l’évolution de l’épargne des français ?

Comme le taux l’épargne demeure toujours le critère important qui sert à qualifier l’attitude des gens par rapport à l’argent, on peut dire qu’en général, les français sont plutôt économes surtout quand on regarde ce qui se passe sur ce plan chez nos voisins européens. Mais être économe ou moins dépensiers dépend d’autres facteurs comme par exemple, votre niveau de revenu et la gestion de ce dernier. Les économes sont décrites comme des gens qui gèrent leur budget au mieux alors qu’un dépensier est quelqu’un qui aime l’immédiateté.

Si par exemple vous gagnez 3000 € net par mois, vous pourriez toujours dépenser plus sur la même période, que quelqu’un qui gagne 1500 € par mois, tout en restant économe. De même si vous rationalisez vos dépenses avec un mode de gestion sain, vous pouvez être moins dépensier indépendamment du niveau de vos revenus.

L’âge est aussi un facteur qui détermine le comportement des gens face à l’argent. D’après une enquête du CSA de 2014, 57% des moins de 25 ans prévoyaient d’épargner cette année alors que 25 à 30% des 50 à 64 ans voulaient au contraire puiser dans leur épargne pour dépenser. Les jeunes paraissent ainsi plus économes que leurs aînés qui disposent pourtant d’épargne plus conséquente. Ce schéma se reproduit un peu partout sur le continent.

Où se classe-t-on parmi les européens ?

En Europe, les suisses sont premiers parmi les plus épargnants avec un peu plus de 9000 € chaque année. Dans la zone euro, la France arrive en seconde position derrière l’Allemagne pour l’épargne, loin devant les britanniques qui sont en général plus dépensiers que la moyenne des européens. Pour Noël et les fêtes de fin d’année par exemple, les anglais dépenseront un peu moins de 900 € par ménage quand les français prévoient un budget de 600 €.

Les français sont-ils dépensiers ou économes ?

Vu le taux d’épargne et le comportement des ménages, les français sont en majorité économes. Mais quand il s’agit d’eux et de leurs proches, les gens peuvent être dépensiers à certaines occasions. Par contre, pour ce qui concerne les dons, d’après le World Giving Index de 2013 la France est 77e en nombre de donateurs par habitant.

Par ailleurs, d’autres critères comme le montant des revenus, l’âge, le comportement d’achat, peuvent nuancer l’attitude économe des personnes.