Ce billet de 500€, qui est-il ?

Beaucoup de monde en parle mais très peu l’ont vu. Cet adage aura valu au billet de 500€ l’appellation de billet « Ben Laden ». En effet, le fameux billet mauve représente aujourd’hui seulement 3% du nombre total des billets euros. En revanche, si l’on additionne la valeur de tous les billets de 500€ disponibles sur le marché, on obtient presque 307 milliards d’euros, soit 28% de la valeur de tous les billets euros. Cette somme est plus élevée que la valeur de tous les billets de 100€ et de 200€ réunis. Pour rappel, le billet de 500€ est le billet représentant la valeur la plus élevée en euro, 7ème dans l’ordre croissant des valeurs.

Bientôt disparu mais valable à vie

En mai 2016, la Banque Centrale Européenne (BCE) a déclaré que le billet de 500€ allait disparaitre d’ici fin 2018. En réalité, la production des billets de 500€ a été arrêtée dès l’annonce de la décision mais ils seront encore émis jusqu’en décembre 2018. Cela signifie que, bien que l’Union Européenne n’en produise plus, il est encore possible de récupérer des billets de 500€ auprès d’une banque ou d’un distributeur automatique jusque cette échéance.

Le billet de 500€ sera donc toujours présent sur le marché, bien que représentant une part de plus en plus petite sur le nombre total de billets euros. A partir de 2019, il sera toujours possible de régler en utilisant un billet de 500€ dans les commerces qui l'accepteront. Les commerces sont libres d’accepter ou de refuser des billets d’un tel montant. A l’inverse, le billet mauve sera échangeable à vie auprès d’une banque.

Les raisons de cette décision

Faire disparaitre le billet de 500€ est une idée survenue pour lutter contre l’évasion fiscale, le blanchissement d’argent, ou encore le terrorisme. De par sa valeur élevée et sa taille petite, le billet de 500€ est communément utilisé dans le cadre de transfert de fonds illégaux. N’étant pas encombrant et très discret, il est certain qu’il représente un atout majeur pour les criminels. Par exemple, 1 million d’euros en billet de 500€ pèse 2kg contre 10kg en billets de 100€. Par ailleurs, il est très peu utilisé dans le cadre d’achats domestiques puisque refusé dans beaucoup d’enseignes en France à cause de la fraude.

Cette décision n’a cependant pas été une mince affaire. Bien qu’en France la polémique n’ait pas fait fureur (les français utilisent très peu l’argent en liquide, préférant pour la plupart les règlements par carte bancaire ou encore par chèque), ce n’est pas le cas partout. La Grèce, le Portugal, et l’Allemagne par exemple arrivent en tête des pays dits « gros payeurs en Cash ». Pour l’Allemagne notamment, un des pays où la disparition du billet de 500€ est la plus critiquée, l’habitude de payer en liquide est historique avec l’existence avant l’euro du billet de 1000Marks.

Il en émane ainsi une critique, venue entre autre d’Allemagne, sous-entendant une volonté de mettre fin à l’argent liquide pour que les échanges monétaires soient de plus en plus transparents vis-à-vis des gouvernements, avec l’utilisation exclusive de virements bancaires et paiements en carte bleu. Pour se défendre, la BCE promet de nouvelles séries de billets de 100€ et de 200€ pour compenser la disparition des billets de 500€. En somme, la représentation des billets sur la masse monétaire totale de l’UE, à savoir seulement 10%, ne devrait pas être impactée par la disparition du billet de 500€.

 

Etude menée par MONEYBANKER