Qu’est-ce qu’un chèque et comment a t’il vu le jour ?

Le chèque est un moyen de paiement dit scriptural, ce qui signifie qu’il est manuscrit et signé par son émetteur. Les chèques, comme les moyens de paiement numériques, fonctionnent via le système bancaire. Le bénéficiaire d’un chèque le remet à sa banque qui va ensuite le présenter à la banque de son émetteur pour procéder à la validation et à la mise en place du transfert de fond.

Bien entendu, le chèque n’a pas toujours existé. C’est en 1742, alors que le marché des billets est monopolisé par la Banque Nationale, que des banques anglaises ont eu l’idée de mettre au point un moyen de paiement manuscrit pour concurrencer la Banque d’Angleterre. Diffusé à travers le monde, le premier chèque français a quant à lui véritablement vu le jour en 1865. Son évolution en France s’est faite timidement. On note, par exemple, qu’en 1966 seulement 17% des français avaient un compte chèque. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale que le chèque a pu connaitre son véritable succès en France pour être utilisé en 1972 par 62% des français. Depuis, la France est un des plus gros utilisateurs de chèque avec notamment 3 milliards d’euros transférés par chèque en 2010, soit 20% des paiements du pays.

Le chèque en France, refugié de l’Europe

Selon les pays, les obligations légales qui se réfèrent au chèque bancaire diffèrent. En France par exemple, le chèque doit être obligatoirement daté, signé, et non raturé sous peine d’être nul et non avenu. Le dépôt en banque se fait en indiquant le numéro de compte et la signature de bénéficiaire au dos. Depuis 1911, Le chèque le plus courant en France est le chèque barré protégeant l’émetteur en cas de perte ou de vol de puisqu’il est nominatif et exclusif. De ce fait, les chèques en France sont préparés par les banques.

En France toujours, il est obligatoire d’avoir une provision de fond préalable, suffisante et disponible sur son compte avant d’émettre un chèque. Un chèque sans provision sera puni par la loi et engendrera, entre autre, une interdiction de chèque pour une durée allant jusqu’à 5 ans. Un chèque sans provision peut être régularisé sous 2 mois et l’interdiction de chèque qui l’accompagne pourra être levée sous 10 jours.

En somme, le chèque est très présent dans les paiements français. Cela n’est pas le cas du reste de l’Europe. C’est en effet un moyen de paiement désuet, voir disparu, dans la plupart des pays industriels. Cependant, certains persistent à l’utiliser, la France en tête. En Europe, bien qu’en déperdition, l’utilisation du chèque reste la plus élevée en France avec près de 37 chèques par habitant par an en 2014 (43 en 2012), contre seulement 7 au Royaume-Uni.

En ce qui concerne les transferts de fonds internationaux, il est important de noter qu’un chèque bancaire peut engendrer des frais d’encaissement très élevés, voir ne pas être accepté du tout dans certains pays de l’Union Européenne. Les chèques ont quasiment disparu en Allemagne, Belgique, Suède, Danemark, et globalement dans les pays de l’Est.

Vers la disparition du Chèque ?

En 2016, les députés français ont émis leur souhait de réduire la validité d’un chèque de 1 an à 6 mois. Cela afin d’encourager les français à utiliser des moyens de paiement plus modernes : Carte bleu, virement bancaire, etc. Cette nouvelle règlementation n’a pas encore été confirmée mais en cas de validation, elle sera effective dès 2017. Il est avéré que le moyen de paiement le plus utilisé en France est la carte bancaire. Cela s’explique par la rapidité et la simplicité d’utilisation de cette dernière, ainsi que par le développement des achats en ligne où les frais vont préférer utiliser leur carte bancaire ou leur compte Paypal. A l’inverse, l’argent en liquide devient le moyen de paiement le moins utilisé par les français (avec de moins en moins de retrait en distributeur automatique).

Aujourd’hui, avec l’arrivée récente des paiements mobiles ou contact en France, on en vient à se poser la question d’une disparition progressive du chèque. Jusqu’ici, beaucoup de députés s’opposent à la disparition du chèque puisque celui-ci est encore trop utilisé, notamment par les personnes à revenus modestes, dans le but d’échelonner les paiements. Nous pouvons donc affirmer que, bien que le chèque soit une espèce en voie de disparition à travers le monde, et notamment l’Europe, il n’a pas dit son dernier mot en ce qui concerne la France.

 

Découvrez vos nombreuses possibilités de financement sur notre page d'accueil