Production en hausse, taux de création d’emplois en expansion, nouvel investissement des entreprises… Si la conjoncture économique française n’a pas retrouvé son éclat d’avant crise, elle s’améliore et se confirme.

« L’Hexagone devrait retrouver un rythme de croissance comparable à celui de ses voisins, après trois années de croissance plus faible que celle de la zone euro » indiquait l’INSEE en mars. En effet, d’après les prévisions des économistes de la Banque de France, le PIB français devrait croître de 0,5% au deuxième trimestre 2017. De sorte qu’Emmanuel Macron, nouvellement élu président de la République française a trouvé une situation économique bien meilleure que son prédécesseur lors de son entrée en fonction le 14 mai dernier.

De bonnes performances industrielles

Cette nouvelle conjoncture économique est en partie due aux bonnes performances du secteur industriel. En mai, l’INSEE avait fait état d’un net rebond de la production industrielle au mois de mars. Elle a augmenté de 2,2% à cette époque alors qu’elle avait reculé de 1,7% le mois précédent.

De plus, le climat des affaires est au plus haut dans l’industrie depuis juin 2011. Sans oublier que le moral des patrons est de quatre points supérieurs à la moyenne habituelle depuis la situation du début de crise.

Le nombre d’emplois menacés a également nettement chuté depuis 2009, au plus fort de la crise économique qu’a traversé le pays : il est passé de 73 700 à 44 500, soit un déclin de 29 200 emplois menacés. Un beau signe d’amélioration.

Un front de l’emploi pourtant contrasté

Si la conjoncture économique s’améliore, ce n’est pas encore tout à fait le cas dans le domaine de l’emploi. Malgré une légère baisse du chômage fin 2016, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi a de nouveau augmenté en début d’année avant de remonter en avril selon l’INSEE. Ce taux a pourtant de nouveau baissé à la fin du premier trimestre 2017 : il est passé de 9,7% en janvier à 9,5% en avril.

Cependant, le secteur salarié non-agricole a pu créer 192 000 emplois tout au long de l’année 2016, soit 93 000 emplois de plus qu’en 2015. En conséquent, le rythme de création d’emplois n’a jamais été aussi élevé depuis 2007.

Ainsi, la France pourrait créer un cercle vertueux en 2017 : nouvelle croissance, taux de création d’emplois en nette hausse, augmentation de la consommation des ménages et augmentation de la production, nouvel investissement des entreprises… Ainsi la boucle est bouclée et le cercle vertueux de cette nouvelle conjoncture économique pourrait s’alimenter de lui-même.

 

Cet article est rédigé pour MONEYBANKER. En savoir plus sur MONEYBANKER ici