Alors qu’une personne sur 6 souffre de malnutrition, 1,3 milliard de tonnes de nourriture est jeté chaque année dans le monde. Cela représente un tiers des aliments produits. En France, le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes de nourriture par an. Ce gaspillage pourrait, pourtant, nourrir 10 millions de personnes pendant un an.

A l’échelle de la planète, la vérité n’est pas belle non plus. Selon Ren Wang, sous-directeur général de la FAO, si les pertes et gaspillages alimentaires mondiaux étaient un pays, il serait le 3e plus grand émetteur de gaz à effet de serre après les Etats-Unis et la Chine.

Toutefois, dans un monde où les consommateurs se veulent de plus en plus responsables et veulent agir pour leur futur ainsi que celui de leur planète, de nouvelles solutions viennent répondre au gaspillage alimentaire.

On l’appelle souvent la génération Y, parfois la génération Z, quoiqu’il en soit, et peu importe la génération, les consommateurs d’aujourd’hui veulent consommer, mais consommer de manière éthique et responsable. Les nouveaux consommateurs n’ont plus peur de s’imposer. C’est dans ce contexte que de nombreuses FoodTech ont vu le jour. Economiques, responsables, astucieuses et à la page, les solutions que proposent les FoodTech révolutionnent le secteur alimentaire traditionnel et répondent aux nouveaux besoins des consommateurs. Ainsi, nous avons essayé l'apllication OptiMiam qui aide ses utilisateurs à faire des économies sur leur budget alimentaire. 

Lutter contre le gaspillage alimentaire, c’est pas si compliqué !

Le gaspillage est une réalité que beaucoup pensent difficile à éviter. Pourtant, le réduire est plus simple qu’il n’y paraît. Commencer par avoir les bons gestes comme acheter uniquement le nécessaire au supermarché, congeler les aliments afin de ne pas les perdre, ne pas cuisiner en trop grosse quantité, bien interpréter les dates de péremption et acheter en conséquence présentent un premier pas vers la réduction du gaspillage.

D’après Statista, 86% des Français pensent que s’ils finissaient leurs restes au lieu de les jeter, ils pourraient avoir un impact positif sur le gaspillage alimentaire. De plus, 67% pensent qu’une disponibilité de portions plus petites en magasin contribuerait également à moins gaspiller. 

La lutte contre le gaspillage implique l’importance de sensibiliser les consommateurs face aux méfaits du gaspillage. Une meilleure gestion des aliments de la part des particuliers et un investissement plus important de la part des acteurs économiques sont primordiaux. L’un ne va pas sans l’autre. La lutte contre le gaspillage alimentaire, c’est tout d’abord une collaboration et la bonne volonté de tout un chacun.

L’application OptiMiam est un outil parfait pour développer une meilleure collaboration entre les principaux acteurs du marché alimentaire et les consommateurs. D’une part, des commerçants qui jettent chaque jour des aliments encore comestibles. D’autre part, des consommateurs qui ont de plus en plus de mal à gérer leur budget alimentaire. La solution est simple, mais aussi bien trouvée : allier les besoins de chacun à travers une application simple, rapide et écologique.

Revendre pour des prix modiques les invendus des commerçants répond aux besoins de chacun, tout en responsabilisant les acteurs du marché, allant des consommateurs aux commerçants (grande surface, restauration, restauration rapide, commerces locaux, etc.) et permet de lutter contre le gaspillage. Ce concept est, cependant, bien plus qu’une simple contribution à la lutte contre le gaspillage. C’est également l’illustration d’une nouvelle manière de consommer.

La nouvelle ère de la consommation

A l’heure où le digital a fait son entrée dans à peu près tous les secteurs, le secteur alimentaire n’a pas été épargné. Et c’est en collaborant que les secteurs traditionnels persisteront.

Les nouvelles technologies répondent, en effet, aux nouvelles attentes des consommateurs, plus exigeants, plus impatients, plus occupés, mais aussi plus alertés par les enjeux actuels concernant leur santé, ainsi que leur planète.

Les nouvelles générations, à la pointe technologique, ont su répondre à ces nouvelles exigences. Et cela passe par l’assiette également !  

Les FoodTech telles qu’OptiMiam permettent aux consommateurs de prendre une réelle initiative dans leur consommation. Consommer de manière économique, pratique, mais aussi éthique ravit les consommateurs ! Cette manière de consommer, optimale pour tous, démontre un besoin de responsabilisation et de prise en main de la part des consommateurs.

Pourquoi OptiMiam ?

OptiMiam, c’est avantageux, tout d’abord, pour les particuliers. OptiMiam permet, avant tout, de préserver le porte-monnaie. Les consommateurs ont alors accès à des produits comestibles pour des prix réduits. C’est ensuite un gain de temps important. Dans une société de plus en plus active, stressée et à cours de temps, pouvoir commander son repas en quelques clics est un avantage non-négligeable. Il ne reste plus qu’à récupérer son repas ou se le faire livrer pour les plus occupés.

Les commerçants ont aussi leur nombre d’avantages. Ils pourront, pour leur part, vendre les articles qu’ils sont sur le point de perdre. L’application leur permet donc d’écouler les invendus, mais aussi de valoriser leur image de marque, en se montrant responsable face aux utilisateurs. Il est d’ailleurs prouvé que les entreprises à la politique responsable sont, en général, préférées et valorisées par les consommateurs.

Cependant, en plus de contribuer aux intérêts de chacun, consommer via OptiMiam, c’est aussi une réelle prise d’initiative éthique et environnementale. Lutter contre le gaspillage alimentaire, c’est aussi rendre votre planète plus belle. C’est empêcher que 16 milliards d’euros soient perdus chaque année en France dans le gaspillage alimentaire alors que 6 millions de Français ont du mal à se nourrir. C’est également lutter contre le réchauffement climatique et contribuer à la préservation de votre planète.

 

Article en partenariat avec MONEYBANKER