Le contexte actuel de taux bas est très favorable au crédit. Même si vous n’avez pas un crédit en cours, le choix d’un taux inadapté, d’un montant de prêt trop élevé ou l’absence d’apport personnel peut dégrader votre capacité de remboursement à terme. Raison pour laquelle vous devez savoir comment bien négocier un prêt.

Négocier un prêt est une question de crédibilité financière et de solidité du projet de crédit. Le taux qui vous est pratiqué et le montant octroyé vont dépendre de vos capacités financières. Vous devez donc séduire le prêteur par votre projet et un profil attractif.

Monter un bon projet de prêt

Tout projet de prêt doit contenir une bonne évaluation de la capacité financière et du taux d’endettement de l’emprunteur. Surtout dans le cas de prêt personnel. Après avoir consulté les offres du marché, renseignez-vous sur les aides disponibles (PTZ, prêt du comité d’entreprise, du conseil régional, éco-PTZ…) qui ont une incidence baissière sur le cout du crédit. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence. Privilégiez les structures spécialisées qui courtisent les nouveaux clients après avoir bien comparé leurs propositions.

Soyez un bon négociateur

Le taux du prêt est important dans la négociation, mais il n’est pas le seul élément. L’assurance, la modulation des échéances, la double mensualité ou encore les options de remboursements sont des détails importants. Si par exemple vous acceptez l’assurance de votre créancier ou vous ouvrez un contrat d’assurance vie, vous pouvez bénéficier de taux plus bas.

Il convient toutefois d’être attentif au taux d’assurance pour recourir, au cas où le prêteur vous l’impose à un assureur concurrent. Le but de la négociation c’est de diminuer les taux, de baisser ou d’annuler les frais de dossiers ainsi que les pénalités en cas de remboursement anticipé.

Bien négocier son prêt est aussi une question de contrepartie que vous proposez au banquier. Pour être en position de force, l’emprunteur doit :

  • présenter un bon taux d’endettement

Tout prêteur apprécie un client qui maitrise son endettement. En général, votre taux d’endettement est jugé bon entre 10 et 15 %. Au-delà de 33 %, loi Neiertz oblige, les établissements de crédit rechignent à prêter sauf si vos ressources sont importantes. Pensez à bien simuler votre taux d’endettement en ligne.

  • défendre de ressources importantes

En plus d’un bon taux d’endettement, avoir des ressources importantes peut vous attirer les faveurs de votre banquier. Plus vous disposez de ressources (revenus, patrimoine et autres), moins le taux d’endettement va influencer la décision du banquier.

Quand on enlève les charges des dettes antécédentes de vos ressources, on obtient le "reste à vivre " dont la taille est déterminante pour tout prêteur. Certains établissements financiers exigent un minimum de 600 € de reste à vivre en deçà duquel vous risquez un refus.

  • faire des apports au prêt

Un apport conséquent est un argument de poids pour bien négocier son prêt. Il est même obligatoire en cas de prêt immobilier de déposer au moins 10 % de la valeur du bien pour couvrir les frais notariés. Les prêteurs récompensent par des bonus sur taux, les apports supérieurs à 20 %. Ainsi, apporter de l’épargne prouve au créancier votre capacité à épargner.

  • bien gérer ses finances

La façon dont vous gérez vos comptes est un élément de crédibilité recherché par les créanciers. C’est pourquoi ils vous demandent les relevés de compte remontant sur les trois dernières années. Un bon dossier vous donnera un avantage certain sur votre prêteur.

La période de taux faible tire à sa fin. Aussi, bien négocier son prêt devient une nécessité pour tous ceux qui veulent emprunter. Pour ce faire, il faut bien préparer son prêt en le simulant et recourir aux conseils. Mais même avec un excellent projet, il vous faudra présenter une situation financière crédible pour s’imposer dans les négociations.