Selon les chiffres de la Banque de France, le surendettement des ménages a sensiblement reculé en 2016 par rapport aux années précédentes.

La baisse du surendettement en France est une réalité statistique visible depuis 2012, tant au niveau des encours, que du nombre de dépôts des dossiers de surendettement. Si en 2012 ce nombre était supérieur à 220 836 avec 63.5 % de nouveaux dossiers, en 2016 le nombre de dépôts était de 194 194 avec 54.7 % de nouveaux dossiers. Au cours de l’année 2016, le nombre de surendettés a baissé de 10,6%. Cette diminution se répercute également sur les encours de crédits.

Du premier trimestre au quatrième trimestre 2016, l’encours global de la dette des ménages s’est réduit de 15.2 %. La baisse de l’endettement est bien marquée, aussi bien, dans les chiffres que dans l’opinion. Les français sont de plus nombreux à constater une réelle amélioration de leur santé financière, conséquence de la diminution de la dette et du retour de la croissance des salaires.

Quelle tendance pour 2017 ?

Dans le sillage de 2016, la dynamique de baisse du surendettement est une tendance de fond qui se confirme début 2017. À l’entame de l’année, la dette moyenne par ménage était de 39 700 €, en recule de 7.9 % sur la même période de l’année précédente. Le surendettement continue de perdre du terrain au profit du pouvoir d’achat des français, même si le retour de l’inflation risque de peser sur ces gains. 

La baisse du surendettement et les différents types de dettes

Les ménages souscrivent plus aux dettes à la consommation d’après les chiffres de 2016 fournit par la Banque de France . Ces prêts représentaient en moyenne plus de 80 % des dossiers déposés à la commission du surendettement et leur part dans l’endettement global a progressé entre le premier et le quatrième trimestre 2016. Contrairement aux crédits consommations, la part de dettes immobilières dans l’endettement global a diminué sur la même période. Elles représentent en moyenne 13.4 % des dossiers de désendettement.

L’encours des prêts immobiliers par ménage culmine de loin au premier rang des dettes avec un endettement moyen de 108 100 € contre 20 600 € pour le crédit consommation qui arrive en second. Toutefois, les dettes immobilières ont plus baissé l’année dernière que les dettes de consommation.

En plus des dettes immobilières et de consommation - crédit renouvelable, prêt personnel, crédits affectés - la commission du surendettement a aussi traité des prêts sur gages et du microcrédit - 0.4 % des dossiers d’endettement - ainsi que des découverts et dépassements qui représentent 52.7 % des dossiers concernés. Sachant qu’un dossier de surendettement peut contenir plus d’un type de prêt.

Par ailleurs, les dettes de charges courantes se retrouvent dans 81.8 % des dossiers et les dettes sociales, professionnelles, pénales et diverses représentent 56.6 % des dossiers.

Le désendettement des ménages en bref

Fin 2016, le nombre de ménages en situation de désendettement est évalué à 827 489 d’après les données recensées dans le fichier des incidents de remboursement (FICP) . Le nombre de demandes enregistrées auprès de la commission du surendettement est en baisse constante.

La moyenne des prêts détenus par les ménages poursuit la même tendance baissière. Si on considère le retour de la croissance et l’augmentation de l’optimisme des ménages sur leur situation financière, on peut conclure que la baisse de l’endettement a toutes les chances de continuer en 2017 malgré l’inflation.