Nous avons tous un jour rêvé d’aller vivre dans une ville à l’étranger... Acheter une maison à Singapour, louer un appartement à New York ou à Tokyo ou acquérir une résidence secondaire à Londres. Si l’idée est attrayante, le prix de l’immobilier, lui, n’est pas toujours des plus attractifs. Quelles sont alors les villes les plus élitistes du marché mondial ? Dans cet article, découvrez les 9 villes mondiales où le prix au mètre carré est le plus élevé en 2017, selon une étude publiée par Savills.

1- Monaco

Avec ses 19 009 habitants au km2, la cité-état de Monaco est venue, en 2017, détrôner Hong-Kong de la première place dans le classement des villes les plus chères du monde. Le prix de l’immobilier à Monaco s’élève désormais à 41 400 euros le mètre carré, soit trois fois plus qu’il y a dix ans. La cité monégasque a vue les prix de l’immobilier augmenter de 180% en l’espace de dix ans. Aujourd’hui, pour l’achat d’un simple studio, il faut compter en moyenne 1 million d’euros. Cette envolée des prix s’explique par une demande trop forte par rapport à l’offre : en 2016, aucun nouveau bâtiment n’a été construit sur le rocher, avec en face, une demande toujours croissante (notamment de la part de riches acheteurs étrangers).

2- Hong Kong

En deuxième place de ce classement : Hong Kong. Nombreux sont les entrepreneurs qui souhaiteraient venir s’y installer, attirés par la fiscalité avantageuse de la mégapole. Cependant, avec une moyenne de 39 100 euros le mètre carré, c’est une des villes les moins abordables au monde. Depuis 2010, le marché de l’immobilier y a progressé à plus de 111%.

Ainsi, à Hong Kong, pour acheter un appartement d’une centaine de mètre carré à l’aide d’un revenu moyen local, il vous faudra patienter plus de 30 ans. Cette inflation des prix, qui a réellement atteint des sommets l’an dernier, ne risque pas de s’arrêter dans un avenir proche. En effet, la ville est en proie à un réel manque de place. Les terrains disponibles pour la construction sont rares, à tel point que des terre-pleins sur la mer ont dus être créés pour la construction de l’aéroport de Hong Kong. Une solution toutefois bien trop coûteuse, qui est loin d’être à la portée de tous les promoteurs immobiliers.

3- Tokyo

La capitale du Japon est la ville la plus peuplée au monde (sa population s’est décuplée en l’espace de 50 ans). C’est donc sans surprises qu’elle s’est imposée comme la troisième ville la plus chère au monde dans le secteur de l’immobilier. Et ce malgré une faible croissance des prix (13% de progression en dix ans). Ce faible taux de croissance s‘explique notamment par l’effondrement du marché qu’a connu le pays dans les années 1990 (période couramment nommée la “décennie perdue”). Aujourd’hui, la situation a bien changée, et le mètre carré vaut en moyenne 29 200 euros. La situation est telle qu’il n’est pas rare de voir une hypothèque être remboursée sur plusieurs générations !

4- Londres

Célèbre pour son dynamisme tant au niveau culturel qu’au niveau financier, Londres est aussi connue pour être une ville onéreuse. Le coût de la vie londonienne est assez élevé, notamment en ce qui concerne le logement. Par exemple, un appartement avec une chambre dans le centre de Londres se louera environ 1850 euros. Depuis 2007, les prix de l’immobilier ont augmenté de plus de 70%. Actuellement, pour se loger dans la capitale, il faut compter en moyenne 17 600 euros par mètre carré d’habitation.

5- New York

New York est grandement appréciée par les touristes, qui viennent la visiter par millions chaque année. Si visiter New York est plus ou moins à la portée de tous, y vivre n’est cependant pas donné à tout le monde. Les appartements s’y louent en effet à prix d’or sur le marché, grâce à une progression du prix au mètre carré de plus 45% sur la dernière décennie. Le mètre carré coûte à présent 16 700 euros (soit 18 541 $US), et il tend à se stabiliser légèrement dans certaines zones de la ville. Une nouvelle qui redonne un peu d’espoir à ceux qui aspirent à venir s’installer dans la Big Apple.

6- Shanghai

La ville la plus peuplée de Chine possède toutes les qualités d’une mégapole inscrite dans son époque. Avec ces infrastructures impressionnantes, c’est une ville dynamique qui a bénéficié d’une croissance économique très rapide. Shanghai est également un centre d’affaire de première importance au niveau national. Elle attire toujours de plus en plus de monde : 600 000 personnes viendraient chaque année s’y installer. Dans le secteur du logement l’offre contente difficilement la demande. Le marché de l’immobilier a connu une hausse des prix réellement phénoménale ces dernières années, avec une augmentation des prix de plus 248 % en dix ans. En conséquence, en 2017, le mètre carré dans Shanghai s’élève désormais à hauteur de 15 300 euros.

7- Paris

Symbole de la culture française à travers le monde, la Ville Lumière est un des endroits au monde les plus prisés par les touristes. D’ailleurs, les Parisiens savent pertinemment qu’ils sont les témoins privilégiés de son rayonnement culturel et architectural. Ils sont d’ailleurs les premiers à reconnaître les difficultés pour y trouver un logement. Sur ces dix dernières années, le mètre carré a connu une croissance non négligeable de plus 32 %. Aujourd’hui, dans la capitale, il se négocie en moyenne à 11 900 euros. La demande toujours croissante de biens immobiliers, y rend la situation du logement très compliquée. Et nombreuses sont les personnes qui doivent y renoncer, faute de moyens. Paris est de loin la ville la plus chère de France. Les autres grandes métropoles de l’Hexagone affichent un marché de l’immobilier beaucoup plus clément. Voici un petit tour d’horizon des cinq villes les plus coûteuses de France :

  • Lyon

La ville de Lyon, qui fait la fierté de ses habitants, a tout pour plaire, sauf peut-être le coût de ses logements. Même si ces derniers sont loin d’être aussi inabordables que dans la capitale, ils avoisinent tout de même les 3810 euros le mètre carré pour les maisons, et jusqu’à 3456 euros le mètre carré pour les appartements.

  • Bordeaux

La capitale mondiale du vin affiche des biens immobiliers relativement chers, pouvant aller jusqu’à 3317 euros par mètre carré pour les pavillons, et 3331 euros pour les appartements.

  • Montpellier

À Montpellier, deuxième ville la plus peuplée de la région Occitanie, le marché de l’immobilier affiche des prix moins extravagants. Pour un appartement dans la ville, il vous faudra compter 2689 euros le mètre carré, et 2874 euros pour une maison.

  • Villeurbanne

Dans le secteur du logement, la commune limitrophe à Lyon présente des prix plus attractifs que sa voisine. Les maisons y valent en moyenne 2923 euros le mètre carré et les appartement 2681 euros le mètre carré.

  • Toulouse

Ville emblématique du Sud-Ouest, Toulouse attire de plus en plus de résidents. Si le charme de la ville rose y est pour quelque chose, les prix des biens immobiliers sont eux aussi assez attractifs pour les nouveaux arrivants. Ils plafonnent à 2952 euros le mètre carré pour un bien de type pavillonnaire, et à 2644 euros pour un appartement.

8- Moscou

Moscou est non seulement devenue un réel pilier pour l’économie Russe (en produisant presque un tiers du PIB) mais elle a également réussi à se faire une place au sein de l’économie européenne et mondiale. En effet, la Russie s’est aujourd’hui propulsée au rang des dix pays les plus importants au niveau économique.

Après soixante-dix ans de communisme, l’adoption soudaine du capitalisme a eu pour conséquence le fort enrichissement d’une partie de la population. Le marché de l’immobilier n’est donc pas en reste pour profiter de ce regain de pouvoir d’achat.

En effet, Moscou talonne Paris dans l’escalade des prix de l’immobilier, avec une croissance de plus 26 % sur dix ans. Habiter la capitale a donc un prix : 11 700 euros le mètre carré.

9- Singapour

La Cité-Etat de Singapour est souvent surnommée la “Suisse d’Asie”, car depuis son indépendance en 1965, elle bénéficie d’une très importante croissance de son PIB. Ses habitants possèdent donc actuellement un très bon pouvoir d’achat. Par ailleurs, Singapour a une fiscalité assez avantageuse (il n’y a par exemple aucun impôt sur les plus-values). C’est pourquoi elle compte parmi ses habitants près d’un tiers de millionnaires. En adéquation avec le haut niveau de vie des singapouriens, le prix de l’immobilier avoisine les 10 200 euros le mètre carré. En l’espace de dix ans, les prix sur le marché immobilier de la “Suisse d’Asie” ont donc explosé de plus de 75 %.

 

Article rédigé pour le comparateur de prêt MONEYBANKER