753 312
utilisateurs aidés par MONEYBANKER.fr
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

🔶 Conditions du rachat de crédit

Quand vous avez identifié l’organisme de prêt qui rachètera vos crédits, cet organisme se mettra en relation avec vos créanciers. Le montant des indemnités de remboursement anticipé dépendra de vos crédits à la consommation. Tous les contrats de crédit à la consommation ne prévoient pas d’indemnités de remboursement anticipé. Quand ces indemnités sont prévues dans le contrat, elles ne s’appliquent que dans le cadre suivant. Si le capital restant dû de votre crédit à la consommation est inférieur à 10 000€, alors, vous n’aurez pas à vous acquitter de ces indemnités. Cependant, si le capital restant dû est supérieur à 10 000€, et que la durée restante de l’emprunt est supérieure à une année, alors, le maximum que la banque pourra vous demander au titre de ces indemnités sera de 1%. Cependant, si la durée restante de l’emprunt est inférieure à une année, alors, ces indemnités de remboursement anticipé ne pourront pas dépasser 0.5% du capital restant dû. Veuillez noter qu’en plus des indemnités de remboursement anticipé, vous pourriez avoir à vous acquitter de frais de dossier pour la mise en place de la nouvelle convention de crédit.

🔶 Critères d’acceptation du banquier

Votre banquier est libre d’accepter, ou de refuser votre dossier pour le rachat de vos crédits. En règle générale, les critères retenus pour les dossiers de rachat de crédit sont assez proches de ceux de la demande de crédit.

En effet, votre stabilité financière demeure une priorité pour le banquier, tout comme votre taux d’endettement. Cependant, quand il s’agit du rachat de crédits, l’institution prêteuse aura tendance à privilégier le taux d’endettement à l’issu de la restructuration de l’ensemble de vos dettes.

Notons, qu’en fonction du patrimoine de l’emprunteur, la marge de tolérance du banquier sera différente. S’il est propriétaire, la banque sera plus encline à accepter un taux d’endettement supérieur à 33%. Il s’agit pour les institutions prêteuses d’éviter de mettre l’emprunteur en surendettement, et ainsi de subir éventuellement, une annulation de la dette.