Impôts sur le revenus, charges sociales, combien payent les Français?

Aujourd’hui, les Français sont imposés à près de 50% de leurs revenus, en effet, après les charges sociales payées par l’employeur et le salarié, l’impôt sur le revenu, il ne reste que 51.9% du salaire brut au salarié. Certes, les Belges paient plus de 50% de leur salaire en cotisations sociales et impôt sur le revenu, mais ce taux semble bien trop élevé.

Evolution des charges sociales

Les Français sont parmi les salariés les mieux payés d’Europe. Lorsque l’on regarde le salaire brut, ils sont classés en 4ème position. Cependant, la pression fiscale est tellement forte sur eux, que si l’on compare le salaire net, la France tombe à la 11ème position. D’ailleurs d’années en années, la pression fiscale sur les salariés augmente. Ainsi, le jour de libération fiscale arrive de plus en plus tard. Le jour de libération fiscale est le jour de l’année civile à partir duquel le contribuable a fini de payer tous les prélèvements, impôts et taxes ; dès ce jour, ses revenus sont à sa totale disposition.  En  2010, ce jour tombait le 26 Juillet, aujourd’hui, en 2017, cette libération n’arrive que le 29 Juillet.

Les graphiques ci-dessous indiquent, le classement des 5 pays dont le revenu brut est le plus soumis aux impôts et charges sociales et le classement des 5 pays dont le revenu brut est le moins soumis aux impôts et charges sociales.

Sources: OCDE

Sources: OCDE

La fiscalité européenne

Mais s’il est normal de payer des impôts afin de financer l’éducation, la protection sociale, les infrastructures, est-ce que cette pression fiscale est liée à un modèle social plus généreux? A prestations équivalentes, la pression fiscale est moindre dans les pays du Nord de l’Europe.

Cela pose clairement la question de l’efficacité de l’action publique. La France cumule à la fois un niveau élevé de prélèvements obligatoires, ainsi qu’un endettement trop élevé. Il faut dire qu’entre 1996 et 2016, la dette de la France est passée de 59% du PIB à 96 %.

Cet endettement massif a un coût, qui est répercuté sur le budget de l’Etat, au niveau de la charge de la dette, qui ne cesse de croître.

Compétitivité internationale

Dans un contexte de concurrence international, le coût du travail est un facteur important de compétitivité. Depuis la fin des 30 glorieuses, on a assisté à un déclin de l’industrie française. Si de nombreux facteurs peuvent expliquer ces difficultés, le coût du travail est un des facteurs mis en cause.

Les prochaines mesures fiscales

Le gouvernement actuel souhaite agir sur le coût du travail, il s’agit d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés ainsi que celui des indépendants. Parmi les mesures annoncées, il y aura la suppression des cotisations  chômage et des cotisations maladies. En contrepartie, la CSG devrait augmenter de 1,7 points. La CSG étant payée par tous les contribuables (salariés, retraités), et étant appliquée sur les revenus du travail, le gouvernement espère compenser largement ces baisses d’impôts.

Le prélèvement à la source fait aussi parti des mesures annoncés, il devrait voir le jour durant la mandature du Président Macron.

Aujourd’hui, les classes moyennes ont l’impression d’être les « vaches à lait » du système. Elles ont un sentiment de toujours payer plus d’impôts et de cotisations. Les réformes fiscales deviennent urgentes.

 

A la recherche d'un prêt personnel pour concrétiser vos projets? Rendez-vous sur notre page d'accueil pour comparer les offres du marché!