Quelques chiffres

Aujourd’hui en France, les crédits à la consommation se portent très bien. En effet, les crédits à la consommation ont augmenté d’environ 5% sur une année. Ce secteur de l’économie est porté par la baisse des taux d’intérêt. Car, si au mois de Juin 2016, le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) des crédits à la consommation s’élevait à 4.03%, le taux plancher pour les crédits affectés pour les automobiles est de 1%. Quant au prêt personnel, vous trouverez de  nombreuses offres en ligne, vous proposant des taux d’intérêt allant jusqu’à 1.5%.

D’après la Banque de France, les taux d’intérêt sur les crédits à la consommation sont plus élevés pour les consommateurs qui les souscrivent au sein des établissements de crédits. En effet, les taux d’intérêts pratiqués par les banques sont moins élevés. En 2016, le crédit moyen à la consommation représente 13 000€, près de 47% des crédits souscrits servent à financer une automobile. Cependant, on observe une baisse des achats de véhicules en France.

D’après les statistiques de l’ASF (l’Association Française des Société Financières), au mois de Septembre 2016, la croissance des crédits à la consommation est tirée par les prêts personnels et les locations avec option d’achat. En effet, on observe une baisse des crédits revolving, entre septembre 2015, et septembre 2016, les nouvelles utilisations de crédit revolving ont baissé de 2%. Dans le même temps, on constate aussi une baisse des crédits affectés finançant les équipements des ménages.

Le secteur automobile

Aujourd’hui, sur l’année 2016, on observe un changement des habitudes de financement des ménages. En effet, sur une seule année, le financement de véhicules neufs via la location par option d’achat s’est accru de plus de 20%. Cela se fait au détriment des crédits affectés. En effet, les concessionnaires ont mis l’accent sur ce mode de financement. Notamment en faisant de nombreuses offres commerciales qui incluent l’entretien du véhicule. Ainsi, dorénavant, le consommateur sait précisément quel sera le budget qu’il consacrera à son automobile. En plus, avec les package comprenant l’extension de garantie, le consommateur est serein quant aux éventuelles pannes.

Conséquences des taux d’intérêt faibles

Si pour les consommateurs que nous sommes, cette baisse des taux d’intérêt est positive, pour les banques, et les organismes de crédit, cela n’est pas sans conséquences. Ainsi, les banques devant se financer sur le marché pour pouvoir prêter, les taux d’intérêt bas viennent rogner leurs marges.

Si l’année 2016 a été marqué par des taux d’intérêt très bas, rien n’est moins sûr qu’il en sera de même pour l’année 2017. En effet, sur l’année 2016, on observe une croissance de l’inflation, non seulement en France, mais aussi à travers la zone euro. Cette croissance de l’inflation qui est une bonne nouvelle s’accompagnera sans doute de mesures monétaires.

De nombreux experts anticipent une croissance des taux d’intérêts sur l’année 2017. Avec cette augmentation des taux d’intérêt ; on pourrait observer une diminution des crédits à la consommation sur l’année 2017.