Le rachat de crédit : une aubaine ou une arnaque à fuir ?

Au fil des années, il nous arrive d’accumuler des emprunts pour financer des projets de vie ou juste pallier à des soucis financiers. Lorsqu’un changement de situation intervient, c’est tout l’équilibre d’un foyer qui est impacté. Après avoir cherché à revoir son budget, prioriser ses dépenses ou autre solution, il est possible de s’adresser à un organisme bancaire pour renégocier ses crédits ou pour opter pour le rachat de crédits.

Le rachat de crédit en quelques mots…

Le rachat de crédit consiste à regrouper en un seul emprunt l’ensemble de ses dettes en réduisant le montant des mensualités, tout en allongeant la durée du remboursement. Un rachat de crédit est donc en d’autres termes, la transformation de plusieurs crédits souscrits sur un court terme en un emprunt unique remboursé sur le long terme avec un taux d’intérêt plus intéressant. Le rachat de crédit apparait comme une solution avantageuse pour l’emprunteur qui pourra voir ses mensualités diminuer jusqu’à 60%. Il n’aura donc plus qu’une mensualité qu’il remboursera à un unique organisme ce qui facilite le suivi du budget, le sécurise et simplifie ces démarches bancaires sans modifier ses habitudes. L’emprunteur pourra y voir comme une possibilité d’augmenter son épargne et de se recréer une certaine trésorerie pour financer de nouveaux projets. Néanmoins, outre ses avantages, il est important de souligner quelques points….

Pour ou contre, faut-il vraiment se laisser tenter par le rachat de crédit ?

Tout d’abord, bien que cette solution s’adresse à toutes les personnes désirant regrouper leurs dettes en une seule pour faciliter leur gestion de budget, elle s’adresse aussi et surtout pour les personnes désirant alléger une situation financière devenue difficile à gérer. Les personnes les plus ciblées par ce type de contrat sont les personnes à la limite du surendettement voire surendettées. Il est cependant important de préciser que pour bénéficier d’un rachat de crédit, la procédure de surendettement ne doit pas avoir été encore engagée auprès de la Banque de France. Le terme surendettement est utilisé lorsqu’une personne alloue plus de 33% de ses revenus mensuels totaux aux remboursements de ses dettes, crédits, emprunts contractés auprès de différents organismes financeurs. S’il lui est possible de réaliser un dossier de surendettement auprès de la Banque de France pour faire annuler une partie ou la totalité de sa dette, elle peut aussi avoir recourt au rachat de crédit. Cette solution lui permettra donc de passer de cette situation de surendettement à une situation dite plus « normale ». De plus, elle lui permettra d’éviter d’être inscrit au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), qui entraine le refus quasi systématique d’une demande de prêts bancaires. En effet, une situation de surendettement peut être provisoire, il est donc dans ce cas préférable de recourir à un rachat de crédit. La situation redevenue normale, vous pourrez alors envisager de recourir à nouveau à un crédit pour financer de nouveaux projets de vie.

Un point à ne pas négliger lors d’un rachat de crédit est le taux d’intérêt auquel vous allez racheter vos crédits. Il faut noter que le taux à prendre en compte est le TAEG et non pas simplement le taux d’intérêt proprement dit. Le TAEG correspond au taux annuel effectif global. Ce taux inclut d’une part les intérêts propres du crédit, mais aussi d’autre part, les frais de dossiers, les cotisations aux assurances (lorsque celle-ci est obligatoire), les commissions et rémunérations de toute sorte. De manière générale, il est toujours plus intéressant d’avoir un taux d’intérêt fixe plutôt qu’un taux variable. En effet, méfiez-vous des offres avec des taux d’intérêts bas lors des premiers mois qui augmentent 6 mois plus tard, ou des offres avec des TAEG révisables. Même si la mensualité restera identique la part de remboursement nette du capital sera diminuée au profit de la part des intérêts. Cela pourra donc entrainer une augmentation de la durée de remboursement du crédit. En effet, il est impossible d’évaluer la variation des taux d’intérêts révisables sur le long terme. Lors d’un rachat de crédit, vous vous engagez déjà dans une procédure de remboursement sur une période longue, ne prenez pas le risque d’augmenter cette durée de manière exponentielle. Vous risqueriez de perdre énormément d’argent…alors que vous cherchiez à vous sortir d’une situation d’endettement….

Comme lorsque vous souscrivez à un crédit à la consommation ou faites un prêt immobilier, un conseil : faites marcher la concurrence. Demandez les offres avec les coûts totaux, et donc avec les assurances incluses, afin de pouvoir comparer et de connaître les montants exacts que cela vous en coûtera. En général, les établissements financeurs indiquent sur leur publicité des offres sans les assurances. Le rachat de crédits vous coûtera donc toujours plus cher que ce que vous aviez prévu si vous ne vous informez pas des coûts supplémentaires. De plus, pour s’ouvrir à la concurrence, lors de la recherche des meilleures offres, il est possible de faire appel à un courtier qui s’engage à trouver le meilleur contrat en fonction de vos besoins. Néanmoins, faites attention : avant de solliciter un courtier, assurez-vous qu’il est bien agréé, que les sociétés soient mandatées pour être des organismes de crédit (de manière générale, méfiez-vous des offres avec des organismes peu connus sur internet). De plus, les frais de courtage vous coûteront de l’argent…Or rappelez-vous que vous cherchez à faire des économies, il est donc surement plus avantageux pour vous de prendre un peu de temps pour analyser les offres par vous-même. La demande d’une offre de rachat de crédit à un organisme bancaire reste un acte gratuit. Par ailleurs, il existe une multitude de sites internet vous permettant de faire des simulations, de trouver des avis de consommateurs sur différents rachats de crédit, différents organismes. Informez-vous avant de signer quoique ce soit.

Enfin, si sur le papier réduire vos mensualités peut vous apparaitre comme une aubaine, cela n’est pas toujours une solution économique. En effet, si à court et moyen terme, la part de remboursement de vos dettes sera moins importante sur votre budget, sur le long terme, pour le même capital emprunté, vous allez rembourser plus longtemps et donc payer plus d’intérêts. Allonger sa période de remboursement grâce au rachat de crédits, en contractant un contrat avec des mensualités plus faibles augmente donc le coût initial de vos emprunts.

Cet allègement est aussi très dangereux. Vous allez avoir le sentiment que votre budget est plus important, vous allez envisager de faire de nouveaux projets et donc vous risquez de vous laisser tenter par la souscription à un nouveau crédit, type crédit à la consommation… Ce qui vous fera repartir dans le cercle infernal et vous entrainera peu à peu vers la situation ultime du surendettement…

Il en est de même pour la somme totale que vous allez emprunter lors de votre rachat de crédit. Quand vous souhaitez faire un rachat de crédit, déterminez bien la somme dont vous avez réellement besoin. Généralement l’organisme financeur essayera d’augmenter la somme que vous allez emprunter en vous proposant un nouveau crédit de trésorerie. En faisant cela, il essaye de vous attirer en vous proposant un fond d’argent vous permettant de réaliser un projet, ou tout simplement d’alléger votre vie quotidienne. En réalité, il aura augmenté le capital à rembourser et donc votre durée de remboursement mais surtout les intérêts qui y sont associés. Vous allez donc à l’encontre de ce que vous cherchiez à faire un réalisant un rachat de crédit.

Pour finir, dans de nombreux cas, des clauses de rejet de remboursement anticipé sont prises en compte dans les conditions générales du rachat de crédit. Avant de signer l’accord, il est important d’en prendre connaissance et donc de refuser la signature du contrat si tel en est le cas. En effet, il est plus intéressant pour vous de trouver un organisme permettant le remboursement anticipé, cela laisse une certaine liberté de pouvoir rembourser à votre guise et non pas d’être dans l’obligation de rester pendant 4,10,15 ou encore 20 ans sous contrat avec ce financeur.

Un conseil : avant de souscrire au rachat de crédit, informez-vous auprès de votre banquier et d’autres établissements bancaires, faites des simulations, analysez si le coût de votre nouveau contrat sera plus bien plus faible que l’ensemble de vos contrats actuels (ce qui est malheureusement trop peu souvent le cas), posez-vous les bonnes questions et demandez-vous le cas échéant si la liberté que vous donne ce rachat de crédit sur le court terme est valable au regard des coûts plus élevés que cela entraine sur le long terme…